Vous êtes ici : Accueil > Aventures > Le maroc dans la peau

LE MAROC DANS LA PEAU

LE MAROC DANS LA PEAU

Franco-marocaine, née en France, j’ai hérité de mes parents marocains ce sentiment de nostalgie et de tristesse pour le Maroc, que les allemands appellent das Heimweh...
A la différence que das Heimweh vient de das Heimat - le pays où l’on est né...
Etrange que d’avoir la nostalgie d’un pays, qui ne vous a pas vu naître - ni même grandir... Le mois d’été que nous y passions enfants a suffi pour graver dans le marbre, l’amour que je porte à cette terre.
Mais pour réussir à travailler au Maroc en créant la Rue des consuls, il m'a fallu changer progressivement le rapport que j’entretenais avec lui...
Faire sauter la protection familiale, admettre que je ne connaissais du Maroc que le douar* de mes parents. Accepter de se présenter à des personnes sans avoir le catalyseur que représente « je suis la fille de ... ».

L’expérience la plus étrange fut de prendre une chambre d’hôtel à Rabat, alors que plus de la moitié de ma famille y réside. Je me devais de passer par cette séparation pour voir le Maroc tel qu’il était sans le prisme familial, nostalgique... Tuer l’affect pour ne garder que le sensible...
Cela n’a pas toujours été simple. J’ai eu peur, j’ai été déçue, j’ai cru mille fois abandonner. Mais le Maroc et moi, c’est plus qu’une histoire de famille...

A coup de taxis collectifs, de billets de train, j’ai fini par avoir un rapport mature et apaisé avec le Maroc...
En multipliant les rencontres dans les dédales de Casa, Rabat, Fez, Tanger, Chefchaouen, etc, j’ai fait de cet héritage mon présent et mon futur.
Je ne ressens plus le besoin de porter des tee-shirts floqués de l’étoile verte sur un fond rouge du Maroc pour crier mon appartenance. Au démarrage de cette aventure, ma motivation fut de communier avec mes grands-pères artisans. A la fille d’ouvrier de banlieue, ces grands-pères m’ont offert un temps mes lettres de noblesse...
Aujourd’hui, cela ne me suffit plus... Oui, le Maroc est un beau pays, son artisanat est très riche à plein d’égards. Néanmoins, mon objectif n’est plus de rendre hommage à cet héritage, mais de conjuguer tous ces atouts au futur...
En un mot, créer... c’est là où les choses se complexifient et l’aventure commence.

* douar : quartier en arabe

> Découverte de la destination suivante

 

> Retour à Aventures