Vous êtes ici : Accueil > Aventures

Aventures

LE MAROC DANS LA PEAU Franco-marocaine, née en France, j’ai hérité de mes parents marocains ce sentiment de nostalgie et de tristesse pour le Maroc, que les allemands appellent das Heimweh... A la différence que das Heimweh vient de das Heimat - le pays où l’on est né... Etrange que d’avoir la nostalgie d’un pays, qui ne vous a pas vu naître - ni même grandir... Le mois d’été que nous y passions enfants a suffi pour graver dans le marbre, l’amour que je porte à cette terre. Mais pour réussir à travailler au Maroc en créant la Rue des consuls, il m'a fallu changer progressivement le ...
> Lire la suite...
LUMIÈRE ET MATIÈRES Lorsque je me coupe trop longtemps du Maroc, c’est incontestablement la lumière et les matières qui me manquent le plus. Rien de plus stimulant que la lumière crue du Maroc. Particulièrement celle du mois de Janvier et de Février. Elle vous fait oublier les températures moins clémentes ressenties en France. J’ai besoin de cette lumière, brute, naturelle... Elle vous pousse à rester le plus longtemps possible à l’extérieur (d’un autre coté, les maisons sont tellement adaptées au froid qu’on est mieux dehors !). On est aussi hors saison touristique, le Maroc a un ...
> Lire la suite...
LA PATINE Après onze mois passés dans une banlieue à l’architecture d’une fadeur déconcertante pour ne pas dire moche... (C’était à en oublier les bords de Seine d’une beauté égalant ceux de Châtou ou Croissy. Les urbanistes et sociologues nous expliquent qu’à l’époque, il y avait tout le confort, l’eau chaude, etc. Oui, mais ce n’est pas parce qu’une voiture à la climatisation, qu’elle a le droit d’être laide. Aucun de ces urbanistes ou architectes ne s'est un jour imaginé vivre dans ces barres staliniennes.) Le Maroc et sa patine devenaient une véritable ...
> Lire la suite...
MARRAKECH Deux règles architecturales héritées de la colonisation préservent l’harmonie de Marrakech face à son développement tentaculaire : la règle du R5 (aucun bâtiment ne peut excéder cinq étages) et le code couleur « Terracotta » obligatoire. C’est ce qui manque parfois à d’autres villes marocaines : des règles d’urbanisme liées à l’histoire de celle-ci. C’est en cela que j’ai un sentiment ambivalent face au développement économique du Maroc. Il est nécessaire et c’est un bonne chose que les villes marocaines soient en adéquation avec les temps modernes. Nous ...
> Lire la suite...
ATTENTION TANGER Petite fille, Tanger représentait la première ville marocaine après une période de onze mois en France. A 250 km de la capitale, mon père ne nous a jamais laissé l’opportunité de découvrir la ville. Une fois la douane passée, c’est la dernière ligne droite jusqu’à Rabat, son Maroc, sa famille, son enfance et celle de ma mère également. Au retour, les vacances d’été écoulées, elle devenait la dernière ville marocaine. Là où mes parents reprenaient difficilement mais avec obligation leur souffle coupé par la séparation. Ces mêmes 250 km se transformaient au ...
> Lire la suite...
CASABLANCA –L’INDOMPTABLE Au Maroc, les petits taxis ont une couleur distinctive propre à chaque ville : le beige à Marrakech (un hommage à la saharienne d’Yves Saint Laurent... ? j’en doute), le bleu pétard avec une bande jaune à Tanger (un côté new-yorkais... j’adore !), la palme revient au vert fluo de la petite ville de Guercif, qui vous impose le port de lunettes de soleil en plein Hiver. A Casablanca, les taxis sont rouges - ma couleur préférée... et surtout, surtout les chauffeurs de taxi de cette ville pourraient tous être des personnages des spectacles de Gad Elmaleh. Fille et petite-fille ...
> Lire la suite...
ATAY BY NAA NAA – Thé à la menthe Je suis au Maroc pour une semaine, afin de réaliser une partie de mes prototypes. Ce matin en prenant mon petit kawa, j'ai fait très soigneusement ma « to do list ». Je dois commencer par les artisans de la Rue des Consuls, celle de Rabat : éternel point de départ de toute mon aventure. Premier rendez-vous, l'atelier de tissage. En arrivant, je salue les deux maîtres tisserands : Said et Zouhair. Ils sont cousins. Said me tend un verre de thé (atay en arabe) avec des feuilles de menthe poivrée (naa naa). Je commence par refuser en expliquant que je viens de prendre un café. Said ...
> Lire la suite...
SAFI … SAFI Mon grand-père paternel - que je n’ai pas eu la chance de connaître - était Maître Céramiste à Rabat et possédait plusieurs fours. Mon autre grand-père était quant à lui maroquinier. J’ai eu la chance en revanche de le connaitre et d’écouter ses conseils en matière de cuir et de tannage... Etant de Rabat, il me semblait assez naturelle de travailler avec les céramistes de Salé. Si vous souhaitez importer les produits classiques, vous ne rencontrerez pas de difficultés majeures. En revanche, il a été impossible de mettre en place de la production de créations Rue ...
> Lire la suite...
TISSER DES LIENS Lorsque je cherche au plus profond de moi ma motivation à lancer la Rue des consuls, il y a certainement le besoin vital de créer des ponts entre la France et le Maroc. Je suis ce qu’on appelle une binationale. Je suis Marocaine de sang et Française de naissance par le fameux droit du sol. Je ne choisis pas entre les deux, car je suis les deux. Aucune dichotomie n’est envisageable, mes deux nationalités sont des organes vitaux qui communiquent entre eux. Lorsque j’étais à l’Institut Français de la Mode, j’étais rassasiée du savoir et des compétences que mes ...
> Lire la suite...
LES GOÛTS ET LES COULEURS J’ai toujours une certaine angoisse, lorsque je lance une commande chez un des artisans avec lesquels je collabore. Disons, que jamais je n'oserai remettre en question leur technique et savoir-faire. En revanche, en ce qui concerne les goûts et surtout les couleurs... C’est une autre histoire. Je n’ai jamais connu l’équivalent avec la cuisine marocaine, que je trouve définitivement et dans son intégralité « divine » ! En revanche, les compositions de couleurs en tissage, céramique ou broderie sont parfois... originales. Ce qui est amusant, c’est que mes compositions ont ...
> Lire la suite...
MAROC ET MAROQUINERIE Lorsque j’étais sur les bancs de l’Institut Français de la Mode et que j’apprenais à analyser les plans de collection des illustres marques de mode parisienne : Louis Vuitton, Hermès, etc, le mot maroquinerie revenait régulièrement. Le cours sur le CUIR finit d'aiguiser ma curiosité. Pourquoi le Maroc a-t-il donné son nom au métier du cuir ? C’est un peu mon mémoire de fin d’étude, que j’entamais là sans le savoir. Il faut dire que mon grand-père maternelle a longtemps été maroquinier chez les KHARAZINES (artisans du cuir au Maroc) et que depuis lui dans la ...
> Lire la suite...
ESSAOUIRA –SAINT-MALO Evénement : Festival de musique Gnawa d’Essaouira. Sensation : Back to the roots with simplicity... A vrai dire, peu m'importe le passé fastueux d’Essaouira-Mogador. J’aime cette ville comme un petit kawa après un repas marocain à qui on finit par reprocher sa générosité. A ce titre, on pourra considérer Marrakech comme ce repas marocain. Essaouira est la ville marocaine où l'on pressent l’Afrique, sa sagesse tribale, sa simplicité et sa beauté... Je ne sais pas, si véritablement Jimmy Hendrix a vécu dans cette ville, si oui ou non il a voulu acheter le village de ...
> Lire la suite...
FEZ La ville de Fez est majestueuse. Douze siècles d’histoire, de nombreux métiers de l’artisanat marocain sont nés ici : dinandiers, brodeuses, tisserands, céramistes... Le problème qui se pose à moi est le même que celui rencontré au début avec la ville de Marrakech : où sont les producteurs, les maîtres artisans. La médina est devenue un lieu de vente et non plus uniquement de production. Avec le temps, la production a fini par devenir marginale... Je n’ai pas d'attaches familiales ou affectives à Fez, qui me permettent d’en percer le mystère qui se pose dans chaque ...
> Lire la suite...